12/07/2024

Article de Mme Brigitte Mauraz pour le Dauphiné Libéré


De gauche à droite :  Julien COINTY - Adjoint-DGS, Jonathan REQUET-MORAT-Responsable des services techniques, Michel BOUVIER-Maire, Frédéric PACCALET - Adjoint aux travaux, Grégory ESPAGNOL - Chargé de projets et travaux, Rabah BAALI - MNS

Des travaux ont été réalisés à la piscine avant son ouverture pour l’été.  Photo Le DL/B.M.

La piscine aurait pu rester fermée cet été : elle a finalement ouvert après une première salve de travaux… et avant d’autres chantiers.

Ouvrir ou non la piscine sur la saison estivale 2024 : lors des arbitrages budgétaires, la municipalité a été confrontée à un dilemme. « La piscine a 40 ans. Malgré de gros travaux en 2018 qui avaient entraîné sa fermeture temporaire, un nouveau programme de travaux était à prévoir sur cette saison 2024.
Il s’est élevé à 200 000 € dont 30 000 € pour la production d’eau chaude sanitaire dans les vestiaires qui sont utilisés aussi bien par les usagers de la piscine que par ceux du stade de football voisin.

La commune a bénéficié d’une aide de l’État à hauteur de 80 000 € au titre du fonctionnement des équipements municipaux », explique le maire Michel Bouvier.

Les travaux portaient principalement sur une modernisation des équipements et l’application de nouvelles normes sanitaires avec des interventions sur le réseau hydraulique, les installations électriques et le rejet des eaux de vidange. Confié à des entreprises spécialisées, le chantier a été suivi et coordonné par les services techniques. Seuls les deux bassins ont pu accueillir les nageurs. La pataugeoire reste fermée. « Les intempéries de cet hiver ont entraîné la rupture d’une canalisation qui a cédé du fait d’un mouvement de terrain », précise Frédéric Paccalet, adjoint aux travaux.

La rénovation à venir estimée à 1 500 000 €

Plusieurs arguments ont plaidé en faveur de l’ouverture de la piscine dont sa localisation dans un écrin de verdure avec l’Arclusaz en toile de fond. L’apprentissage de la natation s’est imposé dans le choix des élus.
La piscine est fréquentée par les écoles des communes des anciens cantons de Chamoux-sur-Gelon et de Saint-Pierre-d’Albigny ainsi que des Bauges.
Elle renforce également l’attractivité économique et touristique du territoire.

Après avoir fait face au plus urgent, la municipalité a élargi son champ de réflexion sur le devenir de la piscine. « Dans le cadre du dispositif Petites villes de demain, une étude est en cours sur un programme de rénovation globale de la piscine qui comprend à la fois les bassins, le bâtiment abritant le snack et les vestiaires ainsi que la mise en accessibilité. En limite basse, l’opération est estimée à 1 500 000 € », poursuit l’édile.

Fermé pour la saison 2024, le snack sera remplacé par un food truck en juillet. Reste la question de fond. Jusqu’à quel montant la commune peut-elle financer le déficit engendré par la piscine ? « Sur le dernier bilan complet, nous étions à moins 140 000 €. C’est un gros investissement sur une période très courte », conclut le maire.